Nos métiers : Agent d’entretien (lingerie)

Home/Actualité du foyer Saint-Louis, Témoignages/Nos métiers : Agent d’entretien (lingerie)

Nos métiers : Agent d’entretien (lingerie)

porte de la lingerie

Un de nos métiers :

Comme dans toute structure où résident des personnes en collectivité, le gros maillon indispensable de la chaîne est celui de la lingerie et de l’entretien des locaux. Une base indispensable pour offrir une vie agréable et confortable aux résidents. Imaginez un seul instant de tels lieux de vie sans ce corps de métier ! Non, vraiment, on ne pourrait s’en passer. C’est pourquoi nous sommes partis à la rencontre de ces actrices de la propreté et de l’hygiène au Foyer St Louis, à Versailles.

Présentation :

C’est dans la maison St Jean, lieu des postes administratifs mais aussi de la salle d’ergothérapie, de l’infirmerie, de la salle du personnel et de la lingerie, que nous rencontrons nos deux personnages clé : Jacqueline et Chandrani.

Autour d’une tasse de thé, elles nous livrent avec une grande spontanéité et une grande sympathie, tout ce qu’elles vivent à travers leur métier.

Jacqueline, 58 ans, réside à Bois d’Arcy. Auparavant elle travaillait dans un pressing (pendant environ 20 ans) dont elle appréciait beaucoup les échanges humains avec les clients. Avant cela elle avait été assistante maternelle, puis aide-ménagère. Un long parcours d’aide à la personne donc. Elle travaille à St Louis depuis 2002.

Chandrani, 56 ans, travaille à St Louis depuis 2001. Auparavant elle s’occupait de personnes âgées dans une maison de retraite. C’est en rencontrant une AMP (Aide médico psychologique) de St Louis à l’école de ses enfants, qu’elle découvre le foyer et postule pour y travailler. D’abord un samedi par semaine pendant un an, elle a ensuite enchaîné avec un mi-temps pendant un an ou deux. Puis, à l’occasion du départ en retraite de sa collègue, elle a pu accéder à un temps complet, en binôme avec Jacqueline.

Jacqueline voulait poursuivre son métier dans une structure aussi humaine que dans son poste précédent. C’était donc un véritable choix d’aller au Foyer St Louis et un plaisir. Au départ elle ne connaissait pas spécialement le monde du handicap. C’est petit à petit qu’elle l’a découvert et s’y est attaché, changeant son regard sur celui-ci. Pendant une semaine, au début, elle se questionnait et se demandait comment rentrer en contact avec les personnes handicapées qu’elle côtoyait au quotidien. Puis elle a réussi à trouver la clé, et la relation s’est tissée petit à petit.

Anecdotes :

Au bout de 15 ans elle découvre encore des choses dans ces rapports, elle est encore surprise positivement. Comme ce matin où un résident s’est approché d’elle et lui a manifesté de l’attention et de l’intérêt, alors qu’elle se disait intérieurement que c’était plutôt à elle d’être plus attentive envers cette personne puisqu’elle était là à son service. Il y a cette fois aussi où elle avait des soucis familiaux, et alors qu’elle tentait de les dissimuler pour pouvoir faire son travail correctement, un des résidents a ressenti sa peine et est venu lui apporter son soutien, à sa façon. C’était très touchant. Des exemples comme celui-ci elle en en a plusieurs à raconter. Comment oublier ce courrier reçu de la part des résidents lors d’une absence prolongée ? L’un d’entre eux qui n’a pas la faculté de s’exprimer comme nous, a choisi une image qui lui rappelait Jacqueline et lui a envoyé. Il lui disait ainsi tout son soutien, à sa façon.

Description du métier :

Le matin le travail s’effectue dans les maisonnées (La Vigne et La Source). Il s’agit là de nettoyer les lieux, vérifier l’état de la literie, ramasser le linge, ranger et laver les espaces de vie et d’activités, etc. Tout se fait avec la présence des résidents autour, ce qui permet des échanges quotidiens comme dans une famille.

L’après-midi est consacré entièrement à la lingerie (maison St Jean). Parfois aussi à la couture mais il y a déjà une bénévole qui vient pour ça et qui est d’un grand secours. Il faut trier le linge, le laver et le faire sécher, le récupérer, le trier de nouveau, le repasser, et le ranger dans des bacs correspondant à chaque résident. Il est ensuite dispatché dans les maisonnées et rangé dans les placards. L’espace de la lingerie n’est pas très grand, en témoignent les photos, mais il est suffisant pour les tâches à accomplir, et surtout bien situé car il est au même niveau que les autres bureaux et la salle du personnel. Il n’y a pas ce sentiment de mise à l’écart; la lingerie est en bonne place !

Il y a beaucoup de travail, au point que désormais une autre personne vient en renfort pour soulager le binôme, depuis 6 ou 7 ans maintenant.

Le bilan:

Jacqueline et Chandrani, l’une plus réservée que l’autre, témoignent toutes deux d’un grand plaisir à venir travailler au Foyer St Louis, au milieu des résidents. Elles aiment leur métier, elles aiment surtout BIEN le faire. C’est une question d’honneur et de principe. Elles sont très attachées à ce que tout soit impeccable dans la maison. Nos fées du logis ne s’imaginent pas aller ailleurs ni faire autre chose. Elles se sentent bien, ont développé de bonnes relations avec les collègues, la direction, les bénévoles, les parents des résidents et les résidents eux-mêmes. Même si elles savent bien séparer la partie privée de leur travail, il n’empêche qu’elles ressentent ici un véritable esprit de famille. Elles considèrent qu’elles ont un poste privilégié, et que même si elles ne sont pas éducatrices, la proximité quotidienne d’avec les personnes dont elles s’occupent, leur confère un rôle de liaison entre les éducateurs et ces dernières. Qu’il s’agisse de moucher un nez qui coule à une personne qui se sent mal à l’aise et ne peut se nettoyer seule, ou signaler une chute, ou une crise, appeler à l’aide pour que les spécialistes puissent intervenir rapidement et efficacement, leur aide est vraiment précieuse dans l’équipe. Elles ne sont pas cloisonnées ni cantonnées à la salle de lingerie et ressentent toute la confiance de la Direction envers elles.

Malgré le temps qui passe, et les changements dans la direction ou dans la composition des équipes, elles témoignent que ce lieu est un socle solide, qui ne bouge pas. Bien sûr il évolue, parce que les personnes évoluent, les résidents et les salariés vieillissent, et il faut nécessairement adapter les installations, faire quelques ajustements, mais il n’en reste pas moins un espace de vie et de travail stable et épanouissant, tant pour les salariés que pour les résidents.

 

Un grand merci à Jacqueline et Chandrani d’avoir pris le temps de nous recevoir pour cet agréable échange qui nous a permis de découvrir leur réalité et leur quotidien. 

Bonne continuation à elles!

Dans la série « nos métiers », ne manquez pas celui d’éducateur spécialisé que nous avons publié il y a quelques temps déjà.

By | 2017-05-18T23:18:44+00:00 jeudi 15 décembre 2016|Actualité du foyer Saint-Louis, Témoignages|

About the Author: